JARDINS DE RÊVES – Hors série n°1 – 2012

JARDINS DE RÊVES – Hors série n°1 – 2012

8 janvier 2012

Jardin de Provence

Transformer un terrain vague en jardin organisé, tel était le souhait des propriétaires de cette maison d’Aix-en-Provence faisant face à la montagne Sainte-Victoire.

Voir l’extrait du magazine

02-avant-apres-creation-jardin-provencal-contemporain-greasque

 

L’état du terrain au début du chantier laissait le champ des possibles bien ouvert ! L’essentiel a donc été de trouver l’idée pertinente qui ferait de ce jardin un lieu de vie à la fois fonctionnel et contemporain, tel que le voulaient ses propriétaires. L’agence Réflexion Paysage en a ainsi imaginé l’aménagement, en s’inspirant d’abord des éléments caractéristiques des jardins de Provence, en l’organisant autour d’un olivier centenaire selon la vue qu’il offrait depuis les différentes pièces de la maison.

Quelle a été l’idée maitresse dans conception de ce jardin ?

Nous avons souhaité créer un jardin d’inspiration contemporaine. L’idée force a été d’imagine un jardin ouvert sur le paysage alentour, notamment sur la montagne Sainte-Victoire, et sur différentes ambiances qu’il est possible d’embrasser en seul coup d’œil depuis l’intérieur de la maison.

Pouvez-vous nous décrire le jardin et les plantes utilisées ?

L’espace s’ouvre sur une pelouse centrale face à la piscine. La vue a été orientée et cadrée sur celle-ci par la plantation d’un olivier centenaire. Tel le gardien du jardin, il a été implanté sur une butte soutenue par un muret formé de piquets de schiste de différentes hauteurs. Son pied est garni de vivaces et d’arbustes méditerranéens positionnés de façon informelle. Le bleu, le vert et le gris, couleurs de la Provence par excellence, ont été privilégiées : lavandes, agapanthe, senecio, pérovskia, pittosporum, pennisetum, buis boule, rosier blanc. La pelouse est bordée de massifs de gaminées et vivaces de différentes teintes traités en vague. Au soleil, nous avons des stipe tenuifolia (doré), des imperata « Red Baron » (rouge), des gaura lindheimeri (blanc/rosé), du pennisetum villosum (doré/blanc), et à mi-ombre des oenotheras ou onagres arbustifs (rose/vert) et des pensées (violet) sous le pin. Ces végétaux constrastés et graphiques, apportent un touche contemporaine au jardin et créent une ambiance légère autour de la piscine.
Face aux pièces à vivre de la maison et derrière la piscine, nous avons crée un mini jardin exotique à l’ambiance très méditerranéenne. Un chemin gravillonné serpente à travers les yuccas, cordylines, phormiums, chamaerops, trachycarpus, bambous. Le sol est recouvert de galets blancs et d’un tapis de graminées telles que des stipa tenuifolia en forme de « cheveux d’ange », et des pennisetum villosum, aux fleurs en forme d’épis plumeux blancs. Le jardin a été refermé par des haies d’arbustes variés afin d se protéger du parking et de la route : ces arbustes, en majorité persistants, présentent une composition d’une grande variété de couleurs de par leur floraison et leur feuillage : pittosporum tobira, callistemon laevis, lavatera, laurier rose, oranger du Mexique, kerria japonica, abelia grandiflora. Ces haies sont complétées par deux arbres : un albizzia julibrissin « ombrella » (acacia de Constantinople) implanté dans l’axe de la piscine, qui présente au printemps des fleurs roses ressemblant à des oiseaux exotiques et un cercis siliquastrum (arbre de Judée).
Nous avons crée deux espaces de vie fonctionnels : un espace repas, situé dans le prolongement du pool-house, traité en terrasse bois, et un espace lecture/apéritif, traité comme une cour, à l’ombre de l’amandier sur un sol gravillonné et clos partiellement d’un muret en pierre servant de banquette, dans un style très provençal. De la maison à la piscine, le chemin a été traité en pas japonais de pierre naturelle.

A quoi ressemblait le jardin avant réaménagement ?

Il n’y avait pas de jardin, ou du moins c’était un terrain vague avec néanmoins une piscine récente, située au fond du jardin, face à la maison, quelques bâtiments traduisant l’empreinte agricole du secteur et trois arbres de bonne taille : un pin, un amandier et un figuier.

Avez-vous conservé ces éléments déjà présents ?

Oui, nous avons évidemment conservé la piscine, ainsi que tous les bâtiments existants, à savoir un cabanon en pierre qui sert de local technique pour la piscine, un vieil appentis transformé en pool-house, et une maisonnette en pierre. Plus que conserver, nous avons également mis en valeur les trois arbres existants. L’amandier adulte présentait une taille et une forme tout à fait surprenantes. Cet arbre était en quelque sorte la mémoire du lieu, traduisant le passé agricole de cette parcelle de terrain.

Quel était le cahier des charges de vos clients ?

Nos clients souhaitaient avant tout un jardin dans l’air du temps adapté à la région, comprenant un olivier centenaire, un palmier et un espace engazonné. Ils souhaitaient également un espace repas et que le parking soit masqué.

Qu’appelle-t-on jardin « de Provence », quelle en sont les spécificités ?

Le jardin « de Provence » est une composante des jardins méditerranéens. Il traduit la diversité et les influences des éléments climatiques naturels sur la Provence. Ainsi, le jardin de Provence s’adapte au climat et au relief de son environnement : il se protège du soleil ardent par des espaces ombragés (un platane ou une pergola végétale) et s’abrite du Mistral ou de la Tramontane par des haies. La construction de restanques (terrasses retenues par des murets de pierre) limite l’inclinaison des pentes. L’eau est économisée grâce au choix de plantes locales adaptées au climat. Le jardin de Provence s’adapte à l’architecture traditionnelle agricole (restanques, canaux d’irrigation, puits…). Il est organisé autour de différents espaces (le verger, la cour, le bassin, pourquoi pas le terrain de boules…), jouant avec les contrastes et les perspectives (par exemple ici, les chemins et l’olivier centenaire comme point focal), et mettant en valeur les panoramas. On y retrouve une mosaïque de couleurs dominée par le bleu, le vert et le gris argenté.

Pourquoi avoir choisi le bois plutôt que la pierre pour les terrasses ?

Cela fait partie des ingrédients de la touche contemporaine du jardin ! Le bois est un matériau chaleureux et naturel. Il répondait parfaitement à notre vision de l’aménagement de ce jardin. Il apporte du contraste à la composition d’ensemble, comme lorsque la terrasse se finit contre le muret en pierre ou au niveau du gazon. De plus, il s’associe parfaitement à la maison, que les clients ont rénovée de façon résolument moderne et à la plage de la piscine revêtue également en bois.

Quels sont les accessoires de décoration ?

Nous avons chois, en partenariat avec les clients, des éléments de décoration fonctionnels, adaptés au style du jardin sans être ostentatoires. Il s’agit de mobilier (pots, table, chaises, parasol, chaises longues) positionné sur la terrasse et la cour, de bougeoirs décoratifs sur la table et sur la terrasse, de sculptures en acier posées sur la plage de la piscine, de vases agrémentés de fleurs du jardin et de rondins de bois servant de bancs. Il s’agit également de matériaux naturels comme de gros galets blancs posés au pied de l’amandier, de piquets de schiste gris sombre au pied de l’olivier, de rochers décoratifs, et de marches en bois pour accéder au jardin exotique.

Avez-vous modifié la piscine de quelque façon ?

Non. Son dessin, sa forme et son emplacement ont été très bien imaginés, il n’y avait donc pas de raison de la modifier. Nous l’avons simplement mise en valeur, surlignée, notamment par le jardin exotique et l’olivier qui permettent d’orienter la vue sur elle.

Comment le réaménagement du jardin a-t-il modifié l’atmosphère de la maison ?

Le jardin a tout changé. Les clients sont passés d’une vue sur un terrain vague en friche à celle d’un jardin ordonné, composé de plusieurs ambiances. En quelque sorte, nous avons traité la maison comme un élément du jardin à part entière : le tracé des vagues de graminées a été pensé de manière à créer un tableau depuis les fenêtres de l’étage ; les arbres importants ont également été positionnés en fonction de la vue depuis la maison : le palmier en face de la fenêtre de la cuisine et l’olivier au premier plan de la salle à manger.