EXTÉRIEURS DESIGN N°62 – MARS 2018

EXTÉRIEURS DESIGN N°62 – MARS 2018

1 mars 2018

Rechercher le bon équilibre

S’approprier les codes des jardins zen tout en composant avec la végétation locale est un vrai défi pour les paysagistes. Mais aussi une source d’inspiration pour créer de nouvelles associations minérales et végétales.

Voir l’extrait du magazine

02-avant-apres-creation-jardin-japonisant-zen-venelles

 

UNE NÉCESSAIRE ADAPTATION LOCALE

Justement, Yoran Morvant, dont l’agence se situe à Éguilles dans les Bouches-du-Rhône, a réalisé à la demande d’un client passionné un jardin japonisant, sous la lumière éclatante du Sud.

« Il fallait tenir compte des contraintes de la région, notamment le climat, le vent, l’amplitude thermique, etc. De plus l’exposition du jardin, sud-ouest, nous a obligés à opter pour des végétaux adaptés à cette exposition. »

Yoran et son collègue, Nicolas Moingeon, ont choisi des fétuques, des Tulbaghia, de la gaura et du jasmin pour les surfaces ensoleillées, et, pour les surfaces ombragées, du bambou, des cerisiers du Japon, de l’Hakonechloa macro, du carex, du bambou sacré et de la skimmia.

« Évidemment, il y fallu trouver la bonne alchimie pour que l’ensemble soit harmonieux. »

Les pas japonais, formés de dalles rectangles en pierre gris anthracite, à la texture quasi lisse, le parvis d’entrée de la maison, composé d’une terrasse en bois, les piquets de schiste, qui forment une vague, ou les bordures d’acier sont autant de touches de modernité. Yoran Morvant et Nicolas Moingeon, qui ont utilisé la surface disponible, « dans le moindre recoin », sont parvenus à faire paraître l’espace plus grand qu’initialement. Un défi réussi pour le client, qui peut, dès lors rentrer chez lui, serein.